Étudiants post bac : comment s’en sortir ?

Parcoursup, les épreuves du bac, tout le stress de  la Terminale est passé. Place maintenant à la vie d’adulte. En France, pour bon nombre d’étudiants, réussir au bac et accéder aux études supérieures reste un parcours de haute voltige côté finance. Quelles sont donc les solutions qui s’offrent aux étudiants ? A quel prix cette volonté d’indépendance est-elle payée ?

La précarité étudiante en France

Selon une enquête annuelle de l’ UNEF (l’Union nationale des étudiants de France), une fois de plus les dépenses universitaires sont en hausses (1,31 %). Avec plus de 70 % des étudiants post bac exclus du système de bourse, ce qui est extrêmement préoccupant, la précarité étudiante s’amplifie davantage. Face à un tel constat, vous vous devez de prendre dès maintenant votre avenir en main.

L’an dernier près de 20 % des étudiants vivaient sous le seuil de pauvreté
LE LOGEMENT​
LE TRANSPORT​
L'ALIMENTATION​

Entre les dépenses quotidiennes et le coût des études, la hausse des loyers pèse particulièrement sur le budget des étudiants français.

Le logement représente en effet 54 % de votre budget étudiant. Seulement 7 % des étudiants bénéficient d’un logement en résidence universitaire. Malheureusement, la demande de logement est plus grande que la disponibilité de ces dits-logements.

Chaque année, c’est près de 400 € de déboursé pour un abonnement dans les transports en commun. Or, l’UNEF annonce également que le tarif des transports pour les étudiants augmente dans 11 villes françaises. À cela s’ajoute le coût élevé de l’alimentation, jusqu’à 47 % plus cher dans un restaurant universitaire à système de point. Vous l’aurez donc compris, étudier après le bac s’annonce laborieux sur le plan financier.

Pour lutter contre cette précarité rencontrée par certains étudiants, des épiceries solidaires ont pris forme. Alors quoi ? Avoir un nouvel appart doit rimer avec pâtes ? L’AGEP vient en aide aux étudiants. Vous avez du mal à finir les mois, à remplir votre frigo et même à économiser car vous n’avez pas assez de revenus… L’Association Générale Des Etudiants de Paris vient consolider vos connaissance des droits dont vous bénéficiez de par votre statut étudiant.

Solutions de financement pour étudiants

Dans certains cas, le jeune étudiant peut compter sur l’aide financière de sa famille pour payer son logement, son transport ou encore ses frais de scolarité. Dans d’autres cas, l’étudiant, pleinement responsable de ses dépenses doit frayer un chemin pour un job étudiant. Bien que ce temps de travail peut pour certains, impacter les résultats; 46 % des étudiants sont touchés. Néanmoins, si vous êtes inscrit à un volume horaire pas trop chargé, cette option serait adaptée à votre situation.

Grâce à l’alternance, les étudiants qui choisissent d’intégrer une entreprise dans laquelle ils exercent une activité en lien avec leur formation scolaire s’assurent une sécurité financière. Une piste à explorer en janvier durant vos recherches sur Parcoursup.

Si vous avez moins de 28 ans, vous avez la possibilité de souscrire un prêt étudiant garanti par l’État. Quelles que soient votre filière et vos conditions de ressources, il suffit de vous adresser aux établissements bancaires engagés comme Le Crédit Lyonnais par exemple.

Bien évidemment, si vous avez obtenu d’excellents résultats, vous n’aurez pas trop de mal à décrocher une bourse. De nombreuses bourses sont proposées pour financer des programmes en France comme à l’étranger. Ces opportunités de financement sont accessibles pour environ 30 % des étudiants recensés. Si vous avez par ailleurs des doutes quant à vos chances d’en décrocher une, vous pouvez toujours prétendre à une aide publique ou privée.

Les aides mises en place

Entre le loyer, la carte de bus,  et l’école à payer, difficile diriez-vous de songer à poursuivre sereinement des études. Selon votre profil, vos ressources, votre niveau d’étude et d’autres critères, il vous est possible de recourir à une aide publique ou privée. Ces aides peuvent correspondre à une exonération du paiement des droits d’inscription et de la cotisation à la Sécurité sociale étudiante.

Si vous avez obtenu la mention « très bien » lors de la dernière session du baccalauréat, vous pouvez prétendre à l’aide au mérite. Elle représente 900 € par an, pendant trois ans maximum. Les plus méritants souhaitant préparer les concours de la fonction publique peuvent bénéficier d’allocations spécifiques. L’aide à la mobilité internationale est quant à elle attribuée dans le cadre d’un échange académique ou d’un stage à l’étranger. Elle s’élève à 400 € par mois et s’adresse aux boursiers sur la base de certains critères sociaux, pour ceux qui souhaitent étudier à l’étranger.

Les étudiants en difficulté peuvent faire une demande d’allocation spécifique annuelle auprès du Crous. Il s’agit d’une aide d’urgence versée pendant toute l’année universitaire, avec six mensualités au minimum. Ce soutien financier vous permet de vous inscrire dans l’enseignement supérieur et de prétendre à une bourse ou une aide. Vous pouvez pour cela procéder à une demande de DSE (Dossier Social Etudiant). Cette démarche vous permet de trouver un financement pour vos études ou un logement. Vous devez de ce fait effectuer votre demande dès que possible une fois le site ouvert.

Il n’est à rappeler que les études représentent un investissement à long terme. Vous avez donc tout intérêt à trouver la meilleure issue pour ne pas faire de la précarité étudiante un facteur d’échec dans votre parcours.

Prenez-vous en maintenant en effectuant le maximum de recherches pour assurer votre avenir post bac.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.